John Murray et Adrian Shaw, seigneurs des bons mots

3 juin, 2018

Klaus Rieth

Adrian Shaw et John Murray sont deux parfaits gentlemen britanniques: vêtus avec soin, dotés d’un bon sens de l’humour et d’une amabilité imperturbable, ils personnifient le style dont une Assemblée générale de la Conférence des Eglises européennes (KEK) a bien besoin. Ils sont responsables du procès-verbal de l’Assemblée.

Tous deux ont une longue expérience internationale dans leur domaine: pour John Murray (71 ans), c’est la troisième Assemblée, après Lyon et Budapest. Avant sa retraite, il était fonctionnaire international auprès du Conseil de l’Europe à Strasbourg. En outre, il est prêtre anglican. Pour Adrian Shaw (62 ans), cette Assemblée est une première.

Ils se sont bien entendus d’emblée et élaborent ensemble les projets de procès-verbaux qui seront adoptés. Adrian Shaw est chargé des questions de changement climatique auprès de l’Eglise d’Ecosse et a déjà travaillé pour le gouvernement écossais. «Véronique Engels, assistante du secrétaire général, m’a si gentiment invité à accepter ce travail que je n’ai pas pu dire non.» Murray déclare qu’il a eu quelques doutes peu après, mais que maintenant il est très satisfait.

Autre point commun: tous deux sont licenciés en géographie, John Murray de l’Université d’Oxford et Adrian Shaw de celle de Cambridge.

L’un et l’autre se disent impressionnés par le rôle joué par les jeunes participantes et participants à l’Assemblée, trouvant très encourageante la manière dont ces jeunes adultes s’expriment en toute liberté mais avec grand sérieux.

Durant l’Assemblée générale, il n’y a pas pour eux de journées de huit heures, et la plupart du temps ils doivent travailler tard dans la nuit. Mais une fois le travail terminé, un bon verre de whisky les attend – du Scotch, bien sûr, ajoutent-ils en souriant.

About cookies

We use cookies for website functionality and to give you a personalized experience on assembly2018.ceceurope.org. By continuing the navigation, you agree.